La voiture électrique dans le sport automobile

L’histoire de l’automobile a quasiment dès ses débuts était associée à celle de la compétition et du sport. Et dans ce secteur, c’est la France qui a posé les premières pierres avec l’organisation de la première course automobile officielle, le 22 Juillet 1984 qui se déroulait entre Paris et Rouen

Depuis ce temps, le sport automobile n’a cessé de se développer, touchant à de plus en plus de domaines et surtout voyant s’affronter sur la piste les constructeurs afin de prouver aux yeux du monde entier la supériorité de leurs modèles. 

On citera évidemment la Formule 1 qui a depuis longtemps joué le rôle de véritable laboratoire d’essai pour le développement de technologies qui sont par la suite intégrées dans les voitures de monsieur et madame tout le monde.

À l’heure où la voiture électrique commence à prendre de plus en plus d’importance, nous vous proposons de nous accompagner pour un tour de circuit à la découverte des compétitions de voitures électriques !

La Formule E comme vitrine sportive de la voiture électrique 

Pour symboliser la révolution électrique, il fallait un véritable porte-étendard, un qui puisse tenir la dragée haute face à la Formule 1. C’est en partant de ce constat que Jean Todt, Président de la Fédération Internationale de l’Automobile et Alejandro Agag, ont l’idée de lancer une toute nouvelle discipline de course automobile 100% électrique se déroulant sur des circuits en ville, c’était en Mars 2011.

La première génération de Formule électrique, la Spark-SRT 01

Il faudra alors attendre 3 longues années pour que la Formule E voit enfin le jour, et c’est en 2014 que la première saison est officiellement lancée ! Pour les débuts, toutes les équipes utilisent la même voiture avec le même moteur, la Spark-SRT 01 (c’est son petit nom) développée par le constructeur français Renault

Spécificité de l’époque, la technologie ne permettait pas aux batteries de tenir une course entière, chaque pilote avait deux voitures par course et devait rentrer aux stands pour effectuer le changement. 

Après une première saison comportant 10 manches  se déroulant à travers le monde, de Pékin à Londres en passant par Miami et le célèbre circuit de Monaco, la FE évoluera par la suite. 

Si les écuries devront garder la même voiture et les mêmes batteries, elles seront totalement libres de développer leur propre groupe propulseur, moteur compris à partir de la deuxième saison.

Ce changement salvateur permettra de donner un véritable intérêt supplémentaire à la FE, qui à son tour servira de test grandeur nature pour le développement de toutes les future technologies qui pourront équiper les voitures électriques grand public.

Il faudra attendre la 5ème saison pour voir des changements importants avec l’arrivée d’un nouveau modèle de voiture, la Gen2, qui donnera un sacré coup de boost aux courses avec un look complètement revu et plus impressionnant, et surtout avec une meilleure puissance et une autonomie permettant aux voitures de tenir toute la course, signant la fin du changement de voiture aux stands.

La Gen2 avec un look beaucoup plus agressif !

Bien décidé à montrer le bon exemple, le championnat de Formule E fût ainsi le premier championnat de sport automobile au monde à recevoir la certification ISO 20121 qui constitue aujourd’hui le standard international pour la durabilité des événements publics. 


Si la Formule E a aujourd’hui un impact environnemental moindre que d’autres, c’est surtout la première discipline sportive à avoir atteint la neutralité carbone. Pour faire cela, la FE va au delà du sport et investit chaque année dans de nombreux projets environnementaux certifiés à travers tous les pays dans lesquels une ou plusieurs courses se sont déroulées durant les 6 premières saisons, ce qui lui permet ainsi de compenser ses émissions.

Une annonce qui a fait grand bruit et qui en aura inspiré plus d’un, la Formule 1 a, peu après, annoncé viser la neutralité carbone dans les prochaines années. 

L’Extreme E, la voiture électrique sur tous les terrains :

Après avoir montré aux yeux du monde entier de quoi étaient capables les voitures électriques sur des circuits urbains, 2021 verra une toute nouvelle compétition mondiale 100% électrique voir le jour, l’Extreme E !

C’est une nouvelle fois Alejandro Agag, déjà à l’origine de la création de la Formule E, que l’on retrouve à la baguette. Ici on dit au revoir aux circuits urbains et bonjour aux terrains les plus extrêmes du globe.

En effet l’Extreme E mettra aux prises des SUV électriques tout-terrain d’une puissance de près de 550ch dans des courses qui prendront la forme de duels éliminatoires. 

L'Extreme E se déroulera sur les terrains les plus....extrêmes !

L’un des objectifs derrière cette compétition serait d’alerter sur les effets du changement climatique sur notre planète. Les différentes épreuves auront donc lieu dans des endroits variés comme le désert de l’Arabie Saoudite, le Groenland, ou encore la Terre de feu en Argentine.

Lors d’une étude d’impact environnemental sur la Formule E, il avait été mis en avant le fait que près de 75% des émissions proviennent des transports des véhicules et des équipements de courses sur les circuits. 

Pour répondre à cette problématique, tous les transports de véhicules et du matériel nécessaire au déroulement des différentes épreuves se fera grâce à un cargo de 105 mètres de long spécialement dédié, le Royal Mail Service St Helena.

Cette approche originale permettra de limiter grandement l’impact environnemental des courses et ouvrira le chemin vers une plus grande responsabilité des différentes compétitions.

La première saison d’Extrême E devrait être lancée très prochainement, le 3 avril 2021 en Arabie saoudite et réunira de beaux noms. 

Sur les 10 équipes engagées, on retrouve 3 équipes fondées par 3 champions du monde de Formule 1 : Lewis Hamilton, Nico Rosberg et Jenson Button

Côté français on retrouvera Sébastien Loeb, 9 fois champion du Monde de rally WRC qui pilotera pour l’équipe de Lewis Hamilton et Stéphane Sarrazin, double vainqueur des Les Mans Series qui pilotera pour Veloce Racing.

La voiture électrique, l’avenir de la compétition automobile ? 

On le voit donc, si elle aura mis du temps à se faire une place en compétition, la voiture électrique est en train de rattraper à grande vitesse son retard et prouve qu’elle n’a pas à rougir de la comparaison.

L’ajout de comportements responsables et cette envie de mieux faire les choses, pourra sembler comme un simple aveu d’opportunité mais ce serait faire erreur : oui la meilleure manière de ne pas polluer est encore de ne pas faire de courses, mais chercher à limiter l’impact de nos actions et repenser notre manière d’organiser de tels événements a le mérite de prouver qu’il est possible de changer et que le sport automobile a toute sa place dans la transition environnementale.

Quant à savoir si la voiture électrique remplacera complètement la voiture thermique dans les compétitions, la question est plutôt de savoir quand cela se passera. Le monde de la compétition automobile est avant tout un moyen pour les constructeurs de montrer leur savoir-faire et leurs avancées, si les ventes de voitures thermiques s’effondrent au bénéfice de l’électrique, les intérêts de concourir dans une compétition thermiques ne seront plus si importants..

Mais d’ici là que les fans de Formule 1 se rassurent, il faudra encore quelques années pour voir l’électrique supplanter le thermique. Rendez-vous en 2030 ?

Rejoignez les soutiens du projet bor'néo en indiquant votre adresse !

Lire un autre article

En partenariat avec

Suivez-nous sur :

Copyright 2019 Bor'néo

Site créé par PIKO PIKO

chevron-down-circle linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram