La Norvège, un pays pétrolier avant-gardiste sur l’automobile électrique.

Lorsque l’on parle de voiture électrique, on a souvent deux pays qui nous viennent immédiatement en tête. D’un côté les États-Unis d’Amérique, qui font office de leader sur le marché grâce au constructeur star Tesla, dont les ventes ont atteint le demi-million en 2020, loin devant les autres constructeurs.

Et de l’autre, la Chine, qui draine aujourd’hui une partie importante des ventes mondiales et semblent posséder un réservoir inépuisable de constructeurs prêts à se lancer sur le marché !

Derrière ces deux géants, l’Europe semble un peu à la traîne mais les constructeurs historiques, allemands ou français, semblent bien décider à prendre le train en marche et multiplient les annonces de nouveaux modèles électriques. 

Pourtant derrière ces pays, la Norvège, qui passe sous les radars, est en train de s’imposer comme un pays modèle en terme de transition électrique et pourrait bien servir d’exemple pour la France ! 

La voiture électrique, reine des ventes en Norvège :

Alors que pour la première fois les ventes de voitures électriques ont dépassé les 110.000 unités en France en 2020, dans le même temps la Norvège en écoulait près de… 77.000. Oui, 30.000 de moins que la France. 

Mais la différence est importante sur un détail en particulier : là où chez nous les voitures électriques ont obtenu 6,4% de part de marché en 2020, en Norvège, pays d’environ 6 millions d’habitants, les ventes de voitures électriques ont représenté 54% du marché automobile neuf ! 

Il est donc clair qu’en dépassant la barre symbolique des 50%, la voiture électrique a définitivement pris les devants, mais contrairement à la France, la surprise n’est pas aussi forte.

En effet, si comme dans la majorité des autres pays la Norvège a aussi vu ses ventes de voitures électriques augmenter en 2020, la croissance n’aura été « que » de 28% par rapport à 2019.

Une différence qui s’explique surtout par un marché norvégien en croissance régulière depuis 2016. La Norvège possède un parc de voitures électriques avoisinant les 300.000 exemplaires, soit plus de 35% du parc total.

Devant ces chiffres on est en droit de se demander comment la Norvège a réussi à faire pour atteindre un tel niveau. Recette secrète, habitants fans de Tesla ?

L’état norvégien au service de la voiture électrique grâce au pétrole :

Si lorsque l’on évoque l’économie de le Norvège on pense souvent au secteur de la pêche, il en existe pourtant un autre capital pour le pays : celui du pétrole.

La Norvège est le troisième pays exportateur de pétrole au monde, étant devancée seulement par l'Arabie saoudite et la Russie, ce qui représente 35% des exportations du pays. L’état, actionnaire dans la grande majorité des entreprises pétrolières, possède donc des sources de revenus très importantes.

Voyant bien que le marché et la société se transformaient, le gouvernement norvégien a décidé d’embrasser à bras ouverts la mobilité électrique et a injecté les recettes provenant du pétrole pour  encourager cette transformation sur de nombreux points.

En premier lieu, les subventions accordées pour l'achat d'une voiture électriques sont à un niveau bien supérieur à ce que l'on pourrait retrouver dans d'autres pays.

Ensuite, les voitures électriques sont totalement exonérées de la TVA, ce qui représente un abattement de 25%, mais également de la taxe d’importation sur les produits étrangers (la très grande majorité des voitures vendues proviennent d’autres pays), là où les voitures thermiques sont-elles toujours taxées.

Avec ces avantages fiscaux, le tarif d’une voiture électrique est, pour un même modèle, devenu inférieur à celui d’une voiture thermique, un sacré avantage au moment de passer à la caisse..

Mais les décisions du gouvernement norvégien ne ce sont pas arrêtées au plan économique, ils ont également grandement facilité la vie quotidienne des conducteurs de voitures électriques grâce à plusieurs décisions.

Tout d’abord les véhicules électriques peuvent, à condition d'être au moins 2 personnes par véhicule, rouler dans les voies réservées aux bus, et ainsi économiser du temps de trajet. Elles sont également exonérées des péages, qui sont assez nombreux dans le pays.

Mais l’argument final en faveur de la voiture électrique en Norvège, c’est la disponibilité des bornes électriques. Pour illustrer cela prenons la capitale norvégienne, Oslo, face à Paris :

-À Oslo on compte aujourd’hui près de 3000 bornes pour 680.000 habitants, soit en moyenne 1 borne pour 226 habitants.

-À Paris on compte environ 800 bornes pour 2,1 millions d’habitants, soit en moyenne 1 borne pour 2625 habitants, soit une couverture plus de 10 fois moins importante que pour la capitale norvégienne.

Si la capitale norvégienne est donc le meilleur représentant de l’électrique, les autres villes ne sont pas en reste : petit à petit les traditionnelles stations services s'adaptent et remplacent carrément les pompes à essence par des bornes électriques. 

Quelles leçon pour la France ?

Faire une comparaison brute entre la France, qui compte plus de 70 millions d’habitants, et la Norvège qui dépasse à peine les 6 millions, ne servirait pas à grand chose. Néanmoins, nous pouvons quand même en tirer quelques conclusions qui peuvent servir à faire de la France un pays encore plus électrifié.

Tout d’abord on se rend compte que lorsqu'un gouvernement prend à bras le corps la mobilité électrique, les choses peuvent se faire très rapidement. Ainsi, en à peine 10 ans la Norvège aura réussi à complètement transformer sa société. 

Ensuite, impossible de ne pas nier l'impact des subventions à l’achat de voitures électriques, qui combinées avec des malus sur les voitures thermiques, ont permis de rendre l'achat d'une voiture électrique moins onéreux que celui d'une version essence du même modèle.

Mais le plus important reste l’adaptation des infrastructures : on ne le répètera jamais assez mais pour que la voiture électrique puisse se démocratiser en France, il faudra que l’offre de bornes électriques soit beaucoup plus importante qu'elle ne l’est aujourd’hui.

La question de la mobilité électrique ne doit pas simplement être un enjeu national mais aussi local, les grandes villes doivent montrer l’exemple et investir dès aujourd’hui pour préparer la société de demain.

Pour aller plus loin :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Voiture_électrique

https://www.automobile-propre.com/breves/une-annee-2020-exceptionnelle-pour-la-voiture-electrique-en-norvege/

https://www.lesechos.fr/industrie-services/automobile/la-norvege-confirme-son-statut-de-paradis-de-la-voiture-electrique-1278374

https://www.aveq.ca/actualiteacutes/comment-la-norvege-a-convaincu-pres-de-la-moitie-de-ses-conducteurs-de-passer-aux-voitures-electriques

Rejoignez les soutiens du projet bor'néo en indiquant votre adresse !

Lire un autre article

En partenariat avec

Suivez-nous sur :

Copyright 2019 Bor'néo

Site créé par PIKO PIKO

chevron-down-circle linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram