Polestar, le Tesla suédois :

Si aujourd’hui toute personne s’intéressant un tant soit peu à l’automobile connaît la marque Tesla et ses divers véhicules iconiques, il n’en est pas pareil lorsque l’on évoque le nom de Polestar. Pourtant, si les deux marques ont des histoires complètement différentes, il se pourrait bien que leur futur soit de plus en plus proche. Commençons les présentations.

Une histoire intimement liée à Volvo :

C’est en 1996 que Flash Engineering est créé au coeur de la Suède. À l’époque c’était une écurie sportive qui avait pour mission de faire participer des voitures de la marque Volvo aux différentes manches du championnat suédois de voitures de tourisme. Au cours des années suivantes l’écurie se spécialisera dans les modifications de voitures Volvo pour les amener à des performances inédites.

Quand Polestar était encore Flash Engineering

C’est en 2005 que l’écurie troquera son nom pour devenir Polestar, et il faudra attendre 4 années pour que Polestar devienne partenaire officiel de Volvo en tant que préparateur. On peut comparer la relation entre Volvo et Polestar à celle de Mercedes et AMG. Les premières voitures modifiées seront ainsi commercialisées sous le nom de Polestar Performance, l) où l’écurie de course sera renomée  Polestar Racing.

Après plusieurs années de collaboration, Volvo rachètera définitivement Polestar Performance en 2015 avant d’annoncer en 2017 la décision d’en faire une marque à part entière qui se spécialisera dans le développement de voitures électriques. 

Polestar 1,un avant-goût prometteur :

C’est en Octobre 2017 que sera présenté le premier véritable modèle de l’entreprise. Sobrement intitulé Polestar 1. Mais alors que la marque devais se concentrer sur les voitures électriques, la Polestar 1 est elle une voiture hybride. Constituée d’un moteur thermique de 382 ch mais également de deux moteurs électriques d’une puissance équivalente à 109ch, la Polestar 1 dispose d’une autonomie d’environ 150 km en propulsion électrique, ce qui constitue une valeur honorable malgré tout.

La Polestar 1, un modèle qui sait se faire remarquer

Mais ce premier modèle réserve également quelques surprises. En effet, bien caché sous sa carrosserie se cache un générateur thermique d’une puissance de 46ch destiné à venir recharger directement les batteries de la voiture.

Avec un tarif très premium de 157.500€ tout inclus (une seule option de peinture à +5000€), la Polestar 1 n’est clairement pas une voiture faite pour tout le monde, mais ce n’était clairement pas l’objectif de la marque. Avec une production limitée à 500 exemplaires chaque année pour une durée de production de 3 ans, la Polestar 1 est avant tout une voiture unique qui sert de démonstration du savoir-faire des équipes et qui montre leurs objectifs pour l’avenir..

Polestar 2, la concrétisation ?

C’est au début de l’année 2019 et ce alors que la Polestar 1 n’était même pas encore entrée en production, que la marque suédoise dévoilera son nouveau modèle, la Polestar 2 dont l’objectif est très clair : concurrencer Tesla et sa Model 3.

Et si on pouvait être resté sur notre faim avec le modèle précédent, ici les choses sont toutes autres : la Polestar 2 sera un modèle 100% électrique, plus accessible que sa grande soeur, et toujours avec un design intérieur et extérieur toujours aussi identifiable.

La Polestar 2 aura fort à faire face à la Tesla Model 3

La Polestar 2 vise une autonomie de 500km pour une puissance totale de près de 300kWh, avec des performances de premier ordre.
Mais c’est surtout dans les détails que l’on voit toute la spécificité de cette voiture : intérieur garanti 100% vegan, déverrouillage via Téléphone, intégration complète des services Google (Google Assistant, Google Maps…)… Polestar à mis les petits plats dans les grands pour faire de sa voiture un bijoux technologique tout en garantissant des performances de qualité !

Avec un prix cible en dessous des 60.000€, la Polestar 2 est donc environ 100.000€ moins chère que le modèle précédent, et elle s’attaque donc clairement au marche de Tesla qui est aujourd’hui leader sur le marché de la voiture électrique premium.

Les premières livraisons de la Polestar 2 sont prévues pour le mois de Mai 2020, il reste encore un peu plus de 6 mois pour pouvoir véritablement juger les performances de la première voiture 100% électrique de Polestar, mais nul doute que si les critiques sont aussi élogieuses que pour le premier modèle, la marque devrait réussir à se faire une vraie place dans le futur du paysage automobile mondial. De là à inquiéter Tesla ?

2020, l’année de la voiture électrique ?

Après une année 2019 très encourageante sur le marché de la voiture électrique avec notamment une croissance de près de 49% des ventes depuis le début de l’année, 2020 s’annonce encore meilleure. Cascade de nouveaux modèles, arrivée de voitures iconiques, améliorations des technologies mais aussi de nombreux autres facteurs qui risquent de permettre à la voiture électrique de vivre sa meilleure année. Nous vous proposons un tour d’horizon global de tout ce qui risque de rythmer 2020.

Des nouveaux modèles toute l’année :

La première raison qui laisse penser à une année record pour 2020 c’est tout simplement le nombre impressionnant de nouveaux véhicules électriques qui vont arriver sur le marché européen. Il semble bien loin le temps des critiques sur les 3 modèles différents qui existaient, en 2020 c’est quasiment 30 nouveaux modèles de voitures électriques qui sortiront !
Mais le plus intéressant c’est que ces 30 modèles proviennent de 22 constructeurs différents, la voiture électrique à réussi à convaincre la quasi totalité des constructeurs et se retrouvera dans de nombreuses concessions différentes.

Mercedes lancera la EQA, version électrique de la Classe A

De Audi à Volvo en passant par des marques plus abordables comme Seat ou encore Skoda, c’est une vraie démocratisation de la voiture électrique qui aura lieu l’année prochaine avec l’arrivée de modèles plus accessibles vendus en dessous des 20.000€. La voiture électrique ne sera donc plus seulement réservée aux ménages les plus aisés, et ça c’est une excellente nouvelle pour tout le monde.

Les voitures iconiques, enfin en électriques :


L’année 2019 aura vu l’arrivée en électrique de la célèbre Peugeot 208, l’une des voitures les plus vendues en France, mais également la sortie de la deuxième version de la Renault Zoé, voiture électrique la plus vendue en France.
2020 continuera cette tendance avec la sortie de la E-Corsa de chez Opel, qui sera le premier pas du constructeur dans l’automobile électrique et on comprend assez facilement qu’il ai choisi son modèle phare pour le faire.
Après plusieurs années d’attente nous verrons également la sortie de la Mini Cooper SE, version électrique donc de la célèbre voiture.

L'arrivée de la Peugeot 208 en version électrique est un symbole fort

Enfin pour terminer avec les célèbres citadines, c’est la Fiat 500 qui se verra doter d’une version entièrement électrique ! Si il existe déjà une Fiat 500 électrique depuis quelques années aux états-unis, c’est ici une version entièrement nouvelle qui sera commercialisée sur le vieux continent.
L’arrivée en électrique de ces modèles tant appréciés des français permettra à coup sûr de donner un vrai coup de boost aux ventes.

Les technologies des batteries enfin au niveau des attentes :

L’autonomie des voitures électriques à toujours fait débat, souvent pointée du doigt et moquée quand on les comparait aux voitures thermiques, ce temps semble sur le point d’être révolu.
Avec les nouvelles technologies de batteries, mais aussi grâce à l’expérience emmagasinée par les constructeurs, les modèles de 2020 proposeront en majorité des autonomies dépassant les 300km, voire même atteignant 400 ou 450km.

La dernière Renault Zoé affiche presque 400km d'autonomie !

Si bien évidemment on n’arrive pas encore au niveau exacte d’une voiture thermique, cela permet d’envisager plus sereinement les longs voyages et notamment les départs en vacances qui deviennent possibles en un voir deux arrêts maximum pour traverser la France.

Les prix des carburants qui restent élevés :

Durant l’année qui vient de s’écouler, les prix à la pompe seront restés à des niveaux élevés après une forte hausse en début d’année. En un an d’écart le prix au litre de l’essence est en moyenne de 10 centimes plus cher au litre et entre 3,5 centimes pour le diesel.

Avec une tendance qui n’est pas prêt de s’arrêter, le poids du transport dans le budget des ménages français prend une part de plus en plus importante et cela pourrait fortement influencé l’achat d’un véhicule électrique qui lui semble beaucoup plus stable au niveau du prix de l’énergie.

Prise de conscience écologique :

"There is no planet B", un des slogans les plus forts de sens.

Si c’est l’argument principal de la voiture électrique depuis de nombreuses années, il ne semble jamais avoir eu autant de poids qu’aujourd’hui. À l’heure ou la COP 25 se termine et où chaque jour les médias relaient les messages des scientifiques concernant l’urgence du changement climatique, on ne peut plus ignorer l’impact des voitures thermiques sur l’émission des gaz à effet de serre. Si nous n’ignorons pas que bien évidemment la voiture électrique ne sera jamais parfaite par définition, elle offre aujourd’hui une alternative sérieuse et beaucoup plus respectueuse de l’environnement que ses concurrentes.

L’arrivée de Bornéo

Et oui, si Bornéo gagne le concours 20 Projets pour 2020 dont la finale à lieu le 16 décembre, nous commencerons pleinement nos opérations l’année prochaine ! Pour cela nous comptons sur vous pour nous soutenir dans cette dernière ligne droite !

L'équipe Bor'néo au complet

Rejoignez notre communauté si ce n’est pas encore fait et partagez autour de vous pour faire de Bornéo un projet qui a du sens et qui réunit autour de lui une communauté de plus en plus forte.

5 Astuces pour rallonger l’autonomie de votre voiture électrique !

On le sait, l’une des préoccupations les plus grandes des français avant l’achat d’une voiture électrique est celle de son autonomie. En effet, même si pour la plupart des automobilistes en France le trajet quotidien est aux alentours des 30 kilomètres, on a toujours cette peur de la panne sèche qui est là. Cela s’explique par le fait que les premières voitures électriques avaient des autonomies théoriques aux alentours de 150km qui pouvaient se transformer en 100km voir moins selon les situations et les usages. Cela vient aussi du fait que les voitures thermiques proposent souvent une autonomie comprises entre 800 et 1200 kilomètres. La différence peut donc sembler importante au premier abord.. Si les technologies des batteries évoluent rapidement, la dernière Renault Zoé approchant les 400km, il existe aussi des astuces plutôt simples vous permettant d’avoir un réel effet sur l’autonomie de nos batteries.

Avec ces 5 astuces vous pourrez augmenter facilement votre autonomie !

Astuce #1 : Doucement sur la pédale d’accélération 

Si cette astuce est vraie peu importe le type de véhicule, mais elle l’est encore plus sur les voitures électriques. En effet avec les véhicules électriques l’accélération est plus puissante et plus efficace, car le couple maximal du moteur est disponible dès le premier instant. Inutile donc d’enfoncer la pédale de plein pied, dans tous les cas vous serez rapidement à la vitesse désirée, et vous ferez une véritable économie sur votre batterie !

Astuce #2 : Éviter les freinages brutaux, préférer le frein moteur 

Si l’avantage d’utiliser le premier frein moteur en voiture est celui d’économiser les plaquettes de frein, sur une voiture électrique il y a un bénéfice encore plus important.. En effet les voitures électriques sont équipées de ce qu’on appelle le freinage régénératif, c’est à dire qu’au moment d’utiliser votre frein moteur, ce dernier se transforme en générateur d’énergie pour venir recharger les batteries du véhicule. Selon votre conduite vous pouvez gagner 10 à 20% d’autonomie en plus !

Astuce #3 Rouler moins vite pour aller plus loin

Jusqu'à preuve du contraire la route n'est pas un circuit de course...

Cela peut paraître simple mais c’est l’un des facteurs les plus importants sur l’autonomie de votre batterie. Plus vous serez capable de réduire votre vitesse dans un facteur raisonnable, plus votre autonomie sera allongée. Sur autoroute par exemple il y a une grande différence entre rouler à 100km/h ou foncer à 130km/h. Sur de longs voyages comme pour un départ en vacances par exemple cela peut faire une grande différence à l’arrivée..

Astuce #4 Chauffage et climatisation avec modération !

En cas de grosses chaleurs, cherchez l'ombre...

Il peut être tentant de mettre la climatisation à fond en revenant de la plage au mois de Juillet, ou bien de se réchauffer rapidement en plein hiver glacial… Mais ce n’est pas sans impact sur votre batterie. Ainsi bien sûr on ne vous dis pas de ne jamais plus les utiliser, mais de savoir les gérer avec parcimonie et préserver votre autonomie.

Astuce #5 Des pneus bien gonflés pour mieux rouler 

En plus de la sécurité vous aurez maintenant une raison supplémentaire de bien vérifier la pression de vos pneus. Des pneus mal gonflés auront un réel impact négatif sur l’autonomie de votre véhicule. S’il peut sembler aussi tentant de légèrement surgonfler les pneus pour ainsi réduire la résistance au roulage, nous ne vous le conseillons pas car cela à forcément un impact sur l’adhérence de votre véhicule ainsi que sur la distance de freinage. L’autonomie oui, mais la sécurité avant !

Une voiture bien entretenue, c'est une autonomie améliorée !

Et voilà nos 5 premières astuces pour améliorer l’autonomie de votre véhicule électrique. Ce qu’il faut retenir c’est qu’une conduite souple et calme vous permettra d’aller beaucoup plus loin et de faire encore plus d’économies. Si vous avez d’autres astuces n’hésitez pas à nous les partager sur les réseaux sociaux, nous ferons peut être un deuxième article si c’est possible !

Je Roule en Électrique : Le nouveau site internet du gouvernement pour passer à l’électrique !

La transition du thermique à l’électrique maintenant actée dans les différents textes de lois, l’heure est maintenant aux actions permettant d’effectuer une transition en douceur qui ne laissera personne de côté. Fin Octobre, le Gouvernement français par l’intermédiaire du Ministère de la Transition Écologique et Solidaire, et en partenariat avec l’AVERE à lancé le site internet je-roule-en-electrique.fr pour réunir en un endroit toutes les informations sur le véhicule électrique. Petit tour d’horizon de ce qu’on y trouve…

Pourquoi passer à l’électrique :

Le premier point abordé par le site je-roule-en-electrique.fr concerne toutes les raisons que vous auriez à passer à l’électrique et à abandonner définitivement la voiture thermique.
On commence avec bien évidemment l’impact environnemental qui est accompagné de quelques chiffres importants comme la part du secteur des transports dans les émissions de gaz à effets de serre en France qui s’élève à 30% ou encore les 48.000 décès prématurés chaque année en France dû à la pollution aux particules fines.

Mais on retrouve surtout un simulateur de Co2 qui permet à tout le monde de calculer le niveau de pollution de votre véhicule actuel avec une indication du CO2, du Monoxyde de carbone et des Oxydes d’azote.

Les voitures thermiques sont l'une des principales sources de pollution au CO2

Viens ensuite la partie sur les avantages en terme de déplacement au quotidien, la différence de confort de conduite à l’avantage de l’électrique mais également comme on en avait parlé dans notre article, le fait que de plus en plus d’agglomérations interdisent de plus en plus les véhicules polluants comme c’est le cas à Paris avec la vignette Crit’Air.

Pour finir on retrouve l’argument économique avec là aussi un outil qui vous permet de calculer en toute simplicité les économies que vous feriez en passant à l’électrique, en fonction de vos kilomètres parcourus quotidiennement et du type d’énergie utilisé.

Comment passer à l’électrique :

Ça y est, vous êtes convaincus de tout l’intérêt de passer à la voiture électrique ? Parfait ! Maintenant reste à savoir comment cela va se faire… Et cela tombe plutôt bien car c’est la deuxième partie à laquelle s’attache à répondre le site je-roule-en-electrique.fr .
Ici aussi on retrouve un outil très simple sous la forme de questionnaire interactif afin de vous trouver la voiture parfaite pour répondre à vos besoins !

En 5 étapes, on vous demandera tout à tout le nombre de kilomètre quotidiens, le nombre de kilomètres effectués en vacances (même si dans nos tests ce dernier, et à raison ne semble pas avoir un impact très fort), votre type de domicile, la possibilité de recharger votre véhicule au travail, le nombre de places souhaités et pour finir le type de véhicule souhaité

Les économies que permet la voiture électriques sont bien réelles.

.

Une fois le questionnaire terminé, vous voici avec en résultat meilleurs modèles pour répondre à vos besoins. Bon si cet outil à son mérite, le choix n’est pas tout le temps le plus pertinent, car il manque un critère important, celui du budget que vous êtes prêt à consacrer à votre voiture électrique. Mais pas d’inquiétudes si vous n’êtes pas satisfaits ! Le site vous permet également de découvrir les 45 véhicules électriques disponibles sur le marché plus librement en fonction de critères plus classiques.

Pour terminer, le site propose même un référencement de toutes les aides à l’achat disponibles en fonction de votre département d’habitation. Vous ne pourrez plus dire que vous n’étiez pas au courant (sans jeu de mot) !

Notre avis :

Le site commun du gouvernement et de l’AVERE, je-roule-en-electrique.fr à le mérite d’offrir un lieu pour retrouver toutes les informations et les avantages des véhicules électriques, mais également de proposer des outils concrets pour mesurer les économies que chacun pourrait avoir en fonction de son usage.

C’est donc une bonne première version, qui si elle n’est pas parfaite sert d’excellente base pour petit à petit venir la mettre à jour et affiner les différents outils. Un grand oui donc, et d’ailleurs si tout se passe bien vous devriez nous retrouver rapidement dans les solutions pour la recharge de votre véhicule !

Tesla surprend encore avec le Cybertruck, le premier pick up de la marque !

La semaine dernière à l’occasion de l’ouverture du Salon de l’Automobile à Los Angeles, l’entrepreneur multi casquette Elon Musk a fait une entrée remarquée sur scène en présentant après des années d’attentes le premier pick-up entièrement électrique du constructeur Tesla. Et le moins que l’on puisse dire c’est que ce dernier n’a laissé personne indifférent…

Un design futuriste :

Si Tesla à toujours souhaiter se différencier des autres constructeurs, tant au niveau de l’approche que du design, on peut dire qu’ils n’ont pas trahis leur histoire avec ce cybertruck !
Avec un design digne des films de science-fiction des années 80 et 90, le cybertruck prend tout le monde à contre courant avec des lignes agressives et des angles droits là où la quasi totalité des modèles de ces 10 dernières années favorisent les courbes douces.

Votre Cybertruck, avec ou sans quad ?



Elon Musk a d’ailleurs déclaré que le design s’inspirait en partie de la voiture de Blade Runner 1982, et on peut également y voir un côté Mad Max, bien mis en avant dans les tests de solidité du véhicule dont l’acier inoxydable utilisé pour la carrosserie serait le même que celui que l’on retrouve sur les fusées Space X, l’autre entreprise de l’entrepreneur californien.

Un prix agressif :

Là où Tesla à également frappé fort c’est au niveau du prix annoncé. Ou plutôt des prix annoncés, car comme le reste des modèles de la marque, le Cybertruck sera disponible en plusieurs versions : 1, 2 ou 3 moteurs, avec une autonomie allant de 400 à 800km.

La première version sera disponible à partir de 39,900 dollars pour 402km d’autonomie et une accélération de 0 à 100 km/h en 6,5 secondes, là où la version tri-moteurs sera disponible pour 69,900 dollars, 800 km d’autonomie et une accélération de 0 à 100 km/h en 2,9 secondes, soit le même temps qu’une Ferrari F8, pour situer un peu…

Il faut savoir que cette gamme de prix positionne le Cybertruck de Tesla dans les mêmes gammes de prix que les Pick-up thermiques que l’on retrouve sur le marché américain. Ford, qui domine ce marché à récemment annoncé son modèle F-150 en version électrique mais sans avoir révélé son prix, qui est envisagé aux alentours de 80.000 dollars selon les dernières rumeurs. 

Pourquoi un pick-up, et quelle usage en France ?

Si en France les pick-up ne sont pas fortement représentés, il faut savoir qu’aux États-Unis c’est le segment de voiture le plus vendu et celui avec la plus forte croissance ces derniers mois. Ce qui ici peut donc sembler comme un véhicule de niche était en réalité plus qu’attendu de l’autre côté de l’Atlantique.
Et le moins que l’on puisse dire c’est que les américains ont répondu présents en masse, le Cybertruck ayant quasiment atteint les 150.000 pré-commandes moins d’une semaine après son annonce.

Bientôt sur les routes françaises ?



Comme on l’a dit, la France n’a jamais été grande consommatrice des pick-ups, mais cela pourrait être amené à évoluer. En effet, une des principales raisons de ce non-succès réside dans le fait que ces voitures possèdent des moteurs très polluants et qui consomment énormément, ce qui devient tout de suite moins rentable dans un pays où les prix de l’essence sont fortement taxés comme la France.

Mais avec le Cybertruck, fini les problèmes de consommation, on arrive au point où il coûtera (à l’usage) moins cher de se déplacer avec un pick-up électrique qu’avec une petite voiture citadine thermique de dernière génération. Pour le moment les prix pour la France n’ont pas été révélé mais il est déjà possible de réserver son modèle.

En tout cas de notre côté nous adorerions voir le premier Cybertruck français venir recharger ses batteries sur une des bornes du réseau Bor’néo !

La Poste, quand une entreprise française sert d’exemple mondial.

C’est presque devenu banal, normal. Une voiture jaune passe dans la rue, aucun bruit, aucune odeur d’essence, elle s’arrête souvent pour laisser sortir une personne les bras chargés de lettres et de colis achetés en ligne. Un autre jour c’est en vélo que le facteur passera, aucun soucis pour gravir les pentes avec son vélo qui semble équipé pour une étape du Tour de France.
Ces visions, nous les avons quasiment quotidiennement sans nous rendre compte que nous sommes les témoins de la plus grande flotte de véhicules électriques au monde, et qu’elle rend d’innombrables services à chacun d’entre nous. Petit tour du propriétaire…

La mobilité électrique au coeur de son histoire 

On ne va pas ici remonter toute l’histoire qui ont mené à La Poste qu’on connait aujourd’hui, les racines remontant au 15ème siècle et la décision de Louis XI de créer ce qui se nommait alors les « relais de postes ».

Non ici nous ne ferons que remonter 118 années en arrière, en 1901 exactement.
Cette année là, La Poste décide de créer sa première flotte de véhicules motorisés et acquiert son premier représentant qui n’était ni plus ni moins qu’une voiture électrique.
3 années plus tard en 1904, la flotte motorisée de La Poste monte à 12 véhicules, entièrement électriques.

Au début du 20ème siècle la voiture était surtout électrique



Par la suite, cette technologie sera malheureusement abandonnée, le moteur thermique étant devenu la norme et offrant à l’époque des avantages plus importants, notamment en terme d’autonomie.

On retrouve quand même la trace d’utilisation de quelques véhicules utilitaires électriques dans les années 1950 mais à une échelle insignifiante pour La Poste.
Dans les années 70, avec les divers chocs pétroliers et crises énergétiques le groupe La Poste se décidera à investir dans des programmes de recherches et développement sur les véhicules électriques, mais la retombée des prix du pétrole enterrera tout espoir de retour à la mobilité électrique.

Il faudra véritablement attendre les années 90 et la Loi LAURE (Loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie) en 1996 pour que La Poste commence une véritable transition. Avec l’aide d’un expert interne dédié aux véhicules propres, La Poste deviendra dès la fin des années 90 la deuxième flotte européenne de véhicules propres avec environ 650 véhicules électriques, produits par les constructeurs français Peugeot et Citroën.

Ces véhicules dits de première génération auront servis pendant environ 10 années, les derniers représentants ayant été actifs jusqu’en 2007.

2012, l’année de la révolution électrique :

Depuis 2004, La Poste aura soigneusement préparé la suite de son odyssée électrique avec la mise en place d’un programme de test de véhicules électriques dites de « nouvelle génération ».
Ce véhicule sera construit sur la plateforme d’une Renault Kangoo mais avec toutes les technologies modernes embarquées, à commencer par les batteries en Lithium-Ion qui offriront une autonomie maximale d’environ 150km et près de 80km en usage postal, une vitesse très proche des véhicules thermiques et surtout un confort de conduite.

Ces véhicules seront testés tout d’abord à Paris, Bordeaux puis enfin à Nantes. Devant le succès rencontré par ces différentes phases d’essais, le groupe La Poste décidera de généraliser l’utilisation des véhicules électriques à l’ensemble du territoire, et commencera la création de ce qui deviendra rapidement la flotte de véhicules électriques la plus importante au monde pour une entreprise.

Un premier lot de 800 véhicules électriques sera fourni par le groupe PSA à partir de 2008, puis ce sera autour du groupe Renault de remporter l’appel d’offre du groupe La Poste avec son modèle Renault Kangoo ZE (zéro émission), qui va constituer l’essentiel de la flotte de voitures électrique.

Une flotte gigantesque au service de chacun :

En 2019 selon les derniers chiffres, La Poste dispose d’une flotte totale de plus de 37.000 véhicules électriques, parmi lesquels on retrouve :
•22.000 vélos à assistances électrique
•6200 Staby (scooters électriques à trois roues)
•7280 voitures utilitaires (Renault Kangoo ZE)
•1300 quads électriques

Des chiffres impressionnants qui permettent à La Poste de détenir la flotte électrique la plus vaste au monde devant son homologue allemand, le groupe Deutsche Post DHL qui a récemment commencer à augmenter sa taille.

Avec le renouvellement de son parc automobile, les voitures électriques de La Poste se retrouvent en voitures de location comme ici avec Mobility

Au global La Poste dispose de près de 50.000 véhicules, 37.000 électriques donc, et 13.000 thermiques. Si les véhicules électriques représentent près des 3/4 du total, certaines zones, surtout en campagne ne sont pas encore totalement adaptées aux voitures électriques, ce qui explique leur présence encore aujourd’hui, mais nul doute que l’évolutions des technologies et notamment l’autonomie des batteries permettront petit à petit de rendre cette flotte entièrement électrique.


Une utilisation plus agréable et plus économique : 

L’utilisation des véhicules électriques a eu un impact direct sur l’organisation et le déroulé d’une journée de travail des facteurs et factrices de La Poste.
Avec un coût d’achat brut plus élevé que celui d’un véhicule thermique, des calculs ont établis qu’une voiture électrique devenait rentable à partir de 50km parcourus par jours, 6 jours sur 7. Il a donc fallu modifier les usages, là où avant une voiture était assignée à une personne, le véhicule électrique est désormais partagé entre plusieurs personnes de manière à pouvoir optimiser son utilisation.

Qui dit voitures électriques dit aussi confort de conduite supplémentaire ! En effet les voitures électriques sont équipées d’une boite de vitesse automatique et offre ainsi une conduite plus souple et agréable en ville. Quand on sait qu’en moyenne un facteur s’arrête et repart entre 400 et 450 fois par jours sur une distance entre 30 et 40 km par tournée, on comprend plus facilement le gain de confort engendré par une voiture électrique.

En terme d’entretien La Poste à constaté que les coûts d’entretien étaient moins élevés, grâce notamment à l’usure qui est moins importante que sur une voiture thermique et surtout, aucune vidange n’est nécessaire sur un véhicule à motorisation électrique, avec donc uu global un taux de panne plus faible.

Le futur avec Bor’néo 

Si La Poste est aujourd’hui la première flotte de véhicules électrique au monde, elle possède aussi un vaste réseau de bornes de recharge électriques sur l’ensemble de la France.

Avec pour ambition d’avoir 10.000 bornes de recharges électriques en 2020, ce n’est qu’au sein du groupe La Poste que pouvait émerger le projet bor’néo.
Avec un maillage important du territoire, La Poste est le parfait partenaire pour bor’néo, et une première phase de tests sera normalement prévue pour l’année 2020 sur certains sites du groupe.


L’ouverture de ses bornes de recharge au public lorsque ces dernières ne sont pas utilisées permettrait à La Poste de pouvoir encore plus facilement amortir ses coûts d’installation mais également d’offrir un service supplémentaire à des millions de français et de françaises.

Synonyme de proximité et de lien social, La Poste deviendrait ainsi un acteur encore plus important pour la démocratisation de la voiture électrique à l’ensemble des territoires et permettrait aussi d’encourager d’autres entreprises à se lancer dans l’aventure électrique.

Aujourd’hui nous sommes pleinement concentrés sur le premier objectif de bor’néo : remporter la finale du concours 20 Projets pour 2020 du groupe La Poste pour pouvoir dès l’année prochaine proposer une première phase de déploiement et de test.
Si vous voulez contribuer à la réussite de notre projet, vous pouvez vous inscrire juste en dessous pour rejoindre nos premiers ambassadeurs et surtout, parlez-en autour de vous !

10 raisons de passer à la voiture électrique en entreprise PARTIE 2/2

Cet article est la deuxième partie de notre top 10 des meilleures raisons de passer à la voiture électrique en entreprise. Si vous n'avez pas encore lu la première partie, c'est par ici.
C'est bon, tout le monde est à jour ? Alors bonne lecture !

6/Soyez exonérés de la taxe sur les véhicules de société

Autre avantage fiscal de la voiture électrique, cette dernière se retrouve totalement exonéré de la TVS, taxe sur les véhicules de société, qui est appliqué chaque année sur tous les véhicules.

Fini les prises de tête de calcul de taxes chaque année, une voiture électrique c'est 0€.

Ainsi, une voiture achetée en 2019 et émettant 138g de CO2/km sera taxée à hauteur de 937€ chaque année, là où une voiture électrique, quelle que soit sa puissance sera taxée 0€. Ce qui représente un autre avantage économique à mettre du côté de la voiture électrique.

7/Gérez plus facilement vos flottes de véhicules

Les véhicules électriques sont équipées des toutes dernières technologies et de plus en plus d’entre eux sont même connectés et offre des options de plus en plus poussées.

Avec l'évolution des technologies il n'a jamais été aussi simple de gérer a flotte de véhicules

Connaître l’état de son parc de véhicule en direct, savoir lesquels roulent le plus, les vitesses moyennes, mieux gérer les recharges pour optimiser vos coûts, et de nombreuses autres choses qui vont arriver dans les prochaines années vont faire de la voiture électrique un véritable partenaire de votre entreprise.

C’est le pari qu’à fait le groupe La Poste et qui porte aujourd’hui largement ses fruits.

8/Démarquez vous de vos concurrents

Passer à une flotte de véhicules électriques peut aussi se transformer en avantage concurrentiel. Dans certains secteurs où les consommateurs font de plus en plus attention à l’impact environnemental des entreprises.

Prenez une longueur d'avance sur vos concurrents.

C’est aussi pour cette raison que Amazon a récemment commandé sa flotte de plus de 100.000 véhicules électriques, dans le domaine du e-commerce et de la livraison cela lui donne un véritable avantage sur ses nombreux concurrents, et lui permet à la fois de se distinguer mais également de réduire son impact environnemental et de faire taire certaines critiques à son égard.

9/Améliorez la qualité de travail de vos salariés

Si vos salariés doivent effectuer souvent des déplacements via leur voiture de société, passer à une flotte de voitures électriques vous permettra d’améliorer leurs conditions de travail. 

Premièrement le silence constant d’une voiture électrique permet d’effectuer des trajets moins stressants et fatigants pour le ou la conductrice. L’autre avantage vient de son absence de boîte de vitesse, pas de pédale d’embrayage, pas de levier de vitesse et pas d’à-coup dans la conduite.

Des salariés moins stressés c'est une entreprise qui vit mieux.

Là où la voiture thermique est souvent vu comme stressante, de plus en plus d’utilisateurs de voitures électriques lui trouvent au contraire un véritable côté relaxant.

10/ Bor’néo

Et oui, vous vous en doutiez surement mais impossible de parler des raisons de passer à la voiture électrique en entreprise sans évoquer bor’néo ! Les entreprises sont au coeur de notre proposition de valeur et nous leur permettons à la fois de rentabiliser plus rapidement leurs installations de bornes de recharge électrique mais également d’être plus visible auprès des consommateurs.

En effet, en permettant grâce à Bor’néo d’ouvrir vos bornes de recharge au public selon vos horaires, vous montrez concrètement votre engagement et votre soutien à la démocratisation de la mobilité électrique pour tous. 

En plus vous pouvez aussi profiter de ces bornes pour attirer de nouveaux clients en leur offrant un service supplémentaire, comme le font les groupes Auchan et Lidl depuis quelques temps.

Les possibilités sont immenses et notre équipe est à votre service pour répondre à toutes vos questions alors n’attendez plus !

Voilà qui clôture nos 10 meilleures raisons de passer à la voiture électrique en entreprise ! Vous l'avez vu, nous avons essayé de faire un tour global, avec autant de raisons environnementales, commerciales, fiscales et sociales qui montrent tout l'intérêt de la voiture électrique. Si vous voyez encore d'autres raisons n'hésitez pas à nous les partager sur les réseaux sociaux !

10 raisons de passer à la voiture électrique en entreprise PARTIE 1/2

Comme nous l’avions vu dans notre précédent article, le groupe La Poste a rapidement décidé d’adapter sa flotte de véhicules pour y introduire de plus en plus de voitures électriques.
Si elle aura montré la voie, depuis, de nombreuses entreprises s’y mettent aussi. Récemment le géant mondial du e-commerce, Amazon, a annoncé la création d’une flotte de 100.000 véhicules de livraison entièrement électriques.
Néanmoins il y a encore beaucoup d’entreprises qui hésitent et se posent des questions sur l’intérêt à passer à une flotte électrique. Pour vous aider, nous allons vous lister 10 raisons pour lesquelles votre entreprises aurait tout intérêt à passer à une mobilité électrique. Vous êtes prêts ? Alors c’est parti !

1/ Baisser l’impact environnemental de votre entreprise

La première raison qui vient directement concerne l’impact environnemental de votre entreprise. Aujourd’hui les consommateurs font de plus en plus attention aux engagements pris par les entreprises et privilégient celles qui font le plus d’effort. À l’heure où les stratégiques RSE sont de plus en plus au centre des débats, la voiture électrique apparaît comme une solution simple et efficace à mettre en place.

Les émissions de CO2 sont l'un des facteurs les plus responsables du réchauffement climatique

En effet les transports sont aujourd’hui responsables d’une part importante des émissions de CO2, de l’ordre de 40% en France. Sur ce point, le calcul est simple : une voiture électrique n’émet absolument aucun rejet de CO2 dans son utilisation quotidienne. C’est donc une décision qui aura un impact immédiat sur votre impact environnemental et qui en plus sera visible par tous, évitant ainsi les soupçons, de Greenwashing de la part des consommateurs.

2/ Économiser sur les frais de déplacement

Ces dernières années le prix des carburants essence et diesel ont connu une hausse importante avec un prix moyen supérieur à 1,50€/litre. Même si aujourd’hui les entreprises peuvent récupérer une partie de la tva sur les dépenses en carburant, il n’en reste pas moins que la hausse est importante, encore plus quand on sait que les véhicules d’entreprises ont tendance à effectuer plus de kilomètres que celles de particuliers.

À l’inverse, faire le « plein » d’une voiture électrique se révèle très économique avec en moyenne un prix brut compris entre 1,5 et 2€ pour 100km là où il faudra compter entre 7,5 et 10€ pour 100km sur un véhicule thermique. 

Adieu les stations essences, bonjour les bornes de recharges bor'néo

Pour des véhicules effectuant 30.000 km par an cela représente une économie de plus de 2000€ par voiture. De quoi faire de véritables économies tout en évitant de polluer.

3/Améliorez l’image de votre entreprise

Aujourd’hui les consommateurs se tiennent de plus en plus informés à la fois sur les produits qu’ils achètent mais également sur les entreprises qui sont derrière et surtout les engagements que ces dernières prennent sur les questions environnementales. 

Une entreprise engagée c'est une meilleure image en interne et auprès du grand public

Ainsi les consommateurs peuvent aller jusqu’à changer leurs habitudes d’achats et même boycotter soudainement une marque qu’ils appréciaient si ses valeurs ne sont pas en adéquation avec les leurs. On peut par exemple citer Nutella qui à souffert et souffre toujours de son image très négative en terme d’environnement suite aux scandales concernant l’huile de palme.

4/Bénéficiez d’avantages sur vos amortissements

Aujourd’hui la fiscalité en France pour une voiture de société base le niveau d’amortissement directement sur le niveau de pollution du véhicule. Ainsi, plus une voiture est polluante, moins la base d’amortissement sera élevé.

Par exemple si votre véhicule acheté en 2019 émet plus de 140g de CO2, vous ne pourrez amortir que 9.900€ au maximum sur son prix d’achat, là où pour une voiture électrique le plafond d’amortissement se trouve à 30.000€

Faire des économies sur vos coûts n'a jamais été aussi simple

Mais ce n’est pas tout ! Car comme une voiture électrique nécessite une batterie pour fonctionner, cette dernière est considérée comme un équipement de votre véhicule et peut donc elle aussi donner lieu à un amortissement compris entre 10.000 et 26.000€ selon sa puissance. 

Au total, une voiture électrique comme la Tesla model S au prix d’achat de 85.000€ pourra être amortie à hauteur de 56.000€, là où une voiture thermique comme la Mercedes Classe S au prix d’achat de 94.000€ ne sera elle amortie qu’à hauteur de 9.900€.

5/Préparer l’interdiction des voitures thermiques

Les voitures thermiques et plus particulièrement les diesel sont de moins en moins autorisées dans les grandes villes. À Paris et en proche banlieue, depuis l’été 2019 les véhicules diesel datant d’avant 2001 sont en effet interdits totalement à la circulation. Si cela concerne en réalité peu de voitures, celles ci seront plus nombreuses à rester sur le carreau en 2024, année des Jeux Olympiques de Paris et date à partir de laquelle absolument tous les véhicules diesel seront interdits de circulation dans la capitale.

Vos véhicules thermiques risquent de rapidement devenir un désavantage à votre entreprise...

Et si Paris est la première ville à s’y mettre, nul doute que de nombreuses autres suivront très prochainement l’exemple. Ainsi, dans à peine 4 ans si votre société ne possède que des véhicules diesel il se peut que vous ayez de moins en moins accès aux grandes villes.

Mais ne nous trompons pas, si c’est le diesel qui est le premier ciblé, l’essence subira à coup sûr le même sort. En effet, d’ici à 2040 la vente des véhicules thermiques sera purement et simplement interdite, véhicules neufs comme d’occasion. Il est temps de préparer le futur pour votre entreprise et de commencer la transition le plus tôt possible.

C'est ici que se termine la première partie de notre top 10 des meilleures raisons de passer à la voiture électrique en entreprise ! Rendez-vous à la fin de la semaine pour découvrir la suite..

Lutter contre les préjugés sur l’automobile électrique :

Alors que l’on a tendance à penser que la voiture électrique est une technologie récente, c’est en réalité tout le contraire ! La première voiture électrique date en effet de 1834 soit presque 200 ans, et la première commercialisation d’une voiture électrique a elle eu lieu en 1852.

Ce constat est encore plus impressionnant lorsque l’on sait que le moteur à explosion, technologie toujours utilisée aujourd’hui pour les véhicules essence et diesel a été invente seulement en 1861 soit 27 ans après la création de la voiture électrique.

Thomas Parker et l'une des premières voitures électriques


Longtemps en tête des ventes mais également des performances, la voiture électrique à commencé à décliner face à sa concurrente seulement à partir des années 1920.

Il faudra attendre le choc pétrolier des années 70 pour que les constructeurs automobiles s’intéressent à nouveau à la voiture électrique avec quelques prototypes qui seront malheureusement vite rangés au placard, le prix du pétrole étant rapidement retombé et la technologie, notamment celle des batteries, pas encore suffisamment évoluée.

C’est à partir de 2008 avec le lancement du fameux Roadster de Tesla, l’entreprise américaine fondée par le célèbre entrepreneur Elon Musk, puis surtout en 2010 avec la commercialisation de la Nissan Leaf que le véhicule électrique va commencer à retrouver ses lettres de noblesse.
Néanmoins, 10 ans plus tard l’image de la voiture électrique souffre encore de certains aprioris fortement ancrés dans l’imagination collective, en voici quelques uns :

Les voitures électriques ont une autonomie trop limitée :

C’est souvent le principal argument des détracteurs de l’automobile électrique, et sans doute l’un des plus forts car mathématiquement juste. Car en effet l’autonomie d’une voiture thermique est généralement comprise entre 800 et 1200 km là où les voitures électriques commercialisées aujourd’hui offre entre 200km pour les plus petites (Renault Zoé, Volkswagen Golf) et 610km pour la Tesla Model S.

Sur le papier, l’argument est plus que valable, mais la question qu’il faut se poser réellement serait plutôt de savoir si nous avons véritablement besoin de toute cette autonomie ?

tesla model S
Tesla à donné un coup de boost à la voiture électriques avec des batteries dépassant les 600km d'autonomie


Quand on regarde les données on se rend compte qu’en France une voiture effectue en moyenne 31km par jour avec près de 80% des français qui font moins de 50 kilomètres par jour.

Ainsi lorsque l’on met en comparaison l’autonomie offerte par les voitures électriques et celle réellement nécessaire pour l’usage moyen l’argument de l’autonomie limitée apparaît tout de suite plus faible.

Et ce dernier perd encore de son importance lorsque l’on prend en compte la possibilité pour un automobiliste de recharger directement son véhicule sur son lieu de travail durant la journée, lui permettant de repartir les batteries pleines.

Les voitures électriques sont trop chères : 

Deuxième argument fort, celui du prix d’un véhicule électrique en comparaison aux véhicules thermiques. Si cet argument était parfaitement recevable il y a 10 ans, les choses ont aujourd’hui sensiblement évoluées.
Si le tarif de base d’une voiture est toujours sensiblement plus élevé sur la version électrique par rapport à la version thermique, cette différence a sensiblement baissée au cours des dernières années.
La demande étant de plus en plus élevée les tarifs tendent à se mettre au niveau et les différences commencent progressivement à s’estomper. Le constat est encore plus net lorsque l’on s’intéresse à la LOA (location avec option d’achat), un mode de financement fortement privilégié ces dernières années et notamment sur les véhicules électriques.

peugeot e 208
La Peugeot e-208, version totalement électrique de la célèbre citadine est un excellent point de comparaison en terme de prix.



Pour illustrer cela prenons l’exemple de la toute dernière Peugeot 208 en version 5 portes en édition Active :
La version électrique est accessible à partir de 274€/mois entretien inclus avec un premier loyer de 611€ TTC (montant de base : 9011 -  6000 (bonus écologique) - 2500 (prime conversion))

La version essence Pure Tech 100 S&S EAT8 (avec boîte automatique comme sur la version électrique) est elle proposée à partir de 220€/mois entretien inclus avec un premier loyer de 3010€ TTC.
Sur le papier pour le moment la version essence est moins chère de 54€ chaque mois. Mais il faut maintenant ajouter le coût de l’énergie :
Si nous prenons comme base un automobiliste qui réalise 15.000 km par an :
Pour la voiture essence nous comptabilisons une consommation moyenne de 5l/100km et un prix du litre d’essence de 1,5€/l.
Pour la voiture électrique nous comptabilisons une consommation moyenne de 10kWh/100km et un prix du kWh de 0,15€ en France en moyenne.

Ainsi chaque année le coût énergétique d’une voiture essence sera de 1125€ là où pour une voiture électrique il ne sera que de 225€. Soit une différence annuelle de 900€ en faveur de la voiture électrique.
Si l’on rapporte à nos coûts mensuels, nous avons ainsi les résultats suivants :
Peugeot 208 essence : 220 + 93,75 = 313,75€/mois
Peugeot 208 électrique : 274 + 18,75 = 292,75€/mois

À ce calcul nous pourrions également rajouter le coût de l’assurance véhicule qui est plus élevé pour une voiture thermique que sur une voiture électrique, et nous n’avons pas non plus pris en compte le fait que pour une voiture électrique il est possible de se recharger gratuitement sur son lieu de travail si ce dernier est équipé.
Mais malgré tout cela, après un simple calcul prix achat + énergie, la voiture électrique se montre déjà moins coûteuse que la voiture thermique. Un nouvel argument qui perd de son poids..

Les voitures électriques se ressemblent toutes : 

Il y a 10 ans l’offre de véhicules électriques était très faible et les modèles disponibles se comptait largement sur les doigts d’une main.. Aujourd’hui la donne a largement changé et de plus en plus de constructeurs se lancent dans l’aventure électrique.

Alors que Tesla et Nissan étaient seuls au monde, ils ont depuis été rejoints par Renault avec notamment la Zoé, voiture électrique la plus vendue en France, Peugeot tout d’abord avec la iOn et dorénavant avec la majorité de ses modèles phares disponibles en version électriques, mais également Citroën, BMW, Mercedes, Toyota, Volkswagen ou encore Audi.

BMW i8 roadster
La BMW i8 une voiture uniquement disponible en motorisation électrique qui attire les regards



Ce que certains décriaient comment un effet de mode est devenu aujourd’hui la principale tendance du marché et cela n’est pas prêt de s’arrêter.
En effet, la barre des 100 modèles entièrement électriques commercialisés en Europe devrait être atteinte en 2022.

De quoi envisager sereinement la suite et surtout permettre à tous d’y trouver son compte. Véritable bestseller des dernières années, le SUV se met lui aussi au 100% électrique et devrait apporter un coup de boost aux ventes.

Voilà qui termine notre tour d’horizon des principaux préjugés sur l’automobile électrique. Comme nous l’avons vu la réalité est bien différente lorsque l’on prend le temps de s’intéresser plus en détails aux faits. 

Et le Groupe La Poste dans tout ça ? 

L'histoire nous apprends qu'en 1901, La Poste acquiert son premier véhicule électrique (VE) et en 1904 qu'elle équipe toute sa flotte  avec 12 VE.​
La première guerre mondial change les modes de consommation d'énergie en impose l'Energie fossile.​

Entre 1974 et 1980, périodes de choc pétrolier et de crise énergétique, La Poste investit dans des programmes de recherche et développement des VE.​
A la même période, le gouvernement, La Poste, EDF et d'autres acteurs de la mobilité créent l'AVERE, l'association nationale pour le développement de la mobilité électrique.​
En 2011 des expérimentations ont eu lieu pour intégrer les VE dans les flottes d'entreprises en résulte le livre blanc InfiniDrive.​

La notion d'infra-partage est née ( partager les infrastructures sur les temps d'inoccupation) et aucune solution globale n'a pu émerger faute de technologie de communication (borne pas intelligente).​
Depuis le groupe La Poste possède la flotte de véhicules électrique la plus importantes au monde.​

véhicule électrique la poste
La Poste possède l'une des flottes électriques les plus importantes au monde



Le Groupe La Poste anticiper la perte d'activité courrier d'environ 10%/an avec l'arrivée du numérique .​
Elle élabore le plan stratégique « La Poste 2020 : conquérir l’avenir », pour élargir son éventail d’activités en faisant de l’innovation utile et accessible le moteur de son développement.   ​
Pour accompagner la transformation profonde des usages et des services, une écoute perpétuelle permet aux postières et aux postiers de penser, tester et enfin proposer les offres de demain au public. ​
Le but étant de simplifier le quotidien de chacun. ​C'est dans ce contexte que bor'néo, a pu s'appuyer sur l'expertise et le savoir faire de différents métiers du groupe en créant des synergie et se présente à la finale du concours 20 Projets Pour 2020 édition 2019.

Si cet article vous a plu n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux et à nous faire part de vos retours ! Et si vous n’êtes pas encore inscrits dans nos soutiens, ne perdez plus une minute !

Démocratiser la mobilité douce pour tous :

Le projet Bor’néo est né de notre volonté commune de pouvoir démocratiser la mobilité douce pour tous. 
Dans une société qui évolue chaque jour de plus en plus vite, les questions de mobilité occupent le centre des attentions. 
Avec l’apparition de mouvements sociaux en réaction à l’augmentation des prix de l’essence et du diesel, la mobilité électrique apparaît aujourd’hui comme la seule alternative crédible à conditions d’abaisser les barrières qui existent. Voici quelques unes des plus importantes :

Un nombre insuffisant de bornes de recharges électriques :

Première condition à la démocratisation de la mobilité électrique, les bornes de recharges sont aujourd’hui encore insuffisantes en France. 

Si l’on comptabilise sur l’ensemble du territoire on atteint les 240.000 «points de recharge» sur le territoire français selon les chiffres de l’AVERE, mais on va le voir très vite ce chiffre est à relativiser.

Car en effet sur ces 240.000 points de recharges, 38% d’entre eux se trouvent au domicile de particuliers, et 50% sont des bornes de recharges privées situées sur le lieu de travail.

Parking avec borne de recharge pour voitures électriques

Au final, le parc français des points de recharges électriques n’est constitué que de 12% de bornes publiques, soit un peu plus de 27.000 . Un chiffre bien évidemment largement inférieur aux besoins pour couvrir et soutenir la croissance du nombre de voitures électriques en circulation.

On voit donc ici directement l’intérêt de Bo'rnéo pour augmenter rapidement et sans coût supplémentaires le nombre de bornes accessibles à tous. Ainsi, en permettant aux entreprises d’ouvrir leurs bornes de recharges électriques sur leurs temps d’innocupations, le parc de bornes publiques passerait de 27.000 à 147.000. 

Un chiffre qui dépasse même l’objectif récemment fixé par le gouvernement d’atteindre les 100.000 bornes de recharges publiques en 2022.

Un premier objectif nécessaire mais qui n’est en réalité que le début pour pouvoir garantir véritablement une démocratisation totale.

Une répartition encore inégale selon les territoires :

Le nombre total des bornes de recharges publiques cache une autre donnée importante, celle de la répartition sur le territoire. 

Grâce à l’étude réalisée conjointement par l’AVERE et GIREVE on peut déjà établir certains faits. La Gironde, le Rhône et également la Seine et Marne sont aujourd’hui les départements les mieux couverts et représentent presque 10% du parc total en combiné.

Carte de France de la couverture des bornes de recharge Copyright Gireve

À l’inverse, les régions situées au Centre et au Nord Est sont beaucoup moins bien équipées et affichent un retard important à combler sur les autre territoires.

La France possède un tissus routier extrêmement vaste et cela explique en partie les lacunes en terme de couverture. L’exemple à suivre au niveau européen est celui des Pays-Bas qui, avec près de 40.000 bornes de recharges publiques offre une couverture importante de son réseau. En effet, alors qu’en France on trouve en moyenne 1,5 bornes aux 100km, les Pays-Bas atteignent quasiment les 20 bornes aux 100km !

Une borne de recharge sur les quais à Amsterdam, Pays-Bas

Cette couverture s’est faite à la fois grâce à la mise en place de politiques publiques d’incitation à l’achat de voitures électriques et à l’installation de bornes mais également grâce aux acteurs privés qui ont permis rapidement d’augmenter drastiquement la couverture du territoire.

C’est avec cette volonté de pouvoir faire de la France un acteur important de la mobilité électrique que nous lançons aujourd’hui un appel à toutes les entreprises françaises possédant des bornes de recharges : soutenez Bor’néo en rejoignant notre communauté d’entreprises innovantes et permettre de démocratiser la mobilité douce.